Divers suite

Le Parti des Travailleurs 84 écrit aux partis et organisations se réclamant du mouvement ouvrier et de la démocratie 

Madame, Monsieur, Cher(e) camarades  
Vous trouverez ci-joint le tract – communiqué de presse du comité départemental du Vaucluse du Parti des Travailleurs concernant la fermeture de la maternité d’Urbain V à Avignon  .    
“Le Parti des Travailleurs estime que l’unité des travailleurs et des organisations syndicales est indispensable pour faire aboutir ces revendications. Le Parti des Travailleurs propose publiquement à tous les partis d’Avignon qui se réclament de la défense des travailleurs de se rencontrer pour agir ensemble sur l’objectif d’arracher de l’ARS et du gouvernement le maintien de l’activité de cette clinique dans le cadre du service public.”
Une réunion publique est organisée à cet effet ;  il s’agit pour nous de constituer cette unité seule à même de faire reculer l’ARS et la politique qui est à l’origine de cette décision.
En espérant pouvoir se rencontrer . 
Cordialement , 
G.S. , pour le comité départemental du Parti des Travailleurs.

Contre la politique réactionnaire de Macron
Réunion publique du Parti des Travailleurs
Jeudi 16 mai à 18 heures
Montfavet – Salle Bézert
(près de la mairie annexe)

Enseignants, nous disons non au « stage de seconde » obligatoire pour 500 000 élèves dès juin 2024 dont le principal objectif est de généraliser le Service national universel (SNU)

Président de la Fédération nationale des syndicats d’exploitants agricoles (FNSEA), Arnaud Rousseau est aussi le patron du groupe Avril qui commercialise les marques Lesieur, Puget ou Isio 4 et qui possède 73 sites industriels dans le monde, dont 55 en France. En 2022, Avril a réalisé des profits record, avec un chiffre d’affaires de 9 milliards d’euros (+ 32 %) et un résultat net de 218 millions (+ 45 %).
Agriculteur, Rousseau ? Sans aucun doute, puisqu’il dirige une exploitation de céréales. Avec 700 hectares, c’est même une très grosse exploitation car la taille moyenne de ce type de culture est de 96 hectares.
Rousseau aime à se présenter comme le représentant de « tous les agriculteurs ». Des agriculteurs, pourtant, il y en a de plusieurs types : des petits, mais aussi des gros, et parfois de très gros, comme lui.
Il vend l’énergie que produit son usine de méthanisation Biogaz du Multien en Seine-et-Marne, il engrange les profits issus de Saipol, numéro 1 en France de la transformation de graines en huile, et dirige Sofiprotéol, qui finance des crédits aux paysans. Diplômé de l’European Business School et passé par le courtage de matières premières agricoles (leur mise en vente sur les marchés financiers), Rousseau est un capitaliste qui vit grassement de l’exploitation de ses salariés.
Mais tous les paysans n’ont pas des centaines de salariés, ni le niveau de vie de M. Rousseau, loin de là ! C’est même la plongée dans la misère pour la majorité d’entre eux. En 2018, une famille d’agriculteurs sur cinq vivait sous le seuil de pauvreté. On comprend pourquoi nombre de petits paysans expriment leur défiance vis-à-vis des gros qui prétendent parler en leur nom.
Grégory Fernandes

«Le ministère de la Santé, sous l’emprise du ministère de l’Intérieur, a donné des instructions aux directeurs de centres hospitaliers (…) pour mettre fin aux contrats des 2 000 padhue (praticiens à diplôme hors Union européenne) », affirme un communiqué de presse de l’Union fédérale médecins, ingénieurs, cadres, techniciens (Ufmict) CGT. De quoi s’agit-il ? Les padhue sont plus de 4 000 à travailler dans les hôpitaux en France. Souvent, des services entiers ne pourraient pas fonctionner sans leur présence. Des dispositions légales découlant de la loi Buzyn de 2019 visaient déjà à en limiter le nombre en obligeant l’immense majorité d’entre eux à passer un examen de vérification des connaissances (EVC). En réalité, avec moins d’un poste pour trois candidats, il s’agit d’un véritable numerus clausus. En décembre 2023, brusque accélération de ce dispositif : 2 000 médecins voient leur contrat de travail annulé au 31 décembre. Aucun rapport avec la loi raciste de Darmanin ?

Deux mille médecins padhue se trouvent aujourd’hui sans moyen de gagner leur vie. Or la plupart d’entre eux ont fait leur vie en France depuis des années. C’est dramatique pour eux, mais aussi pour leurs services où les équipes médicales sont épuisées du fait d’effectifs insuffisants. De plus, les directions d’hôpital utiliseront l’absence (délibérément créée) de médecins pour fermer de nouveaux services.

C’est dans ces conditions que l’Association des médecins urgentistes de France (Amuf), le SNMH-FO, l’Ufmict-CGT et le syndicat SUPADHUE appellent à une journée de grève le 18 janvier et à un rassemblement national au ministère pour « le maintien ou la réintégration dans leur poste de tous ces praticiens ».

Paul Robel

Nos liens

Lisez l’hebdomadaire du Parti des Travailleurs :
La Tribune des Travailleurs

Site national du Parti des Travailleurs